Back to list

La Toile du paradis

楽園のカンヴァス (Rakuen no kanvasu) by Maha Hamada

Un habile mélange de roman policier et de récit romanesque autour d'un chef-d'oeuvre de Henri Rousseau. L'ensemble est particulièrement convaincant, l'auteur ayant été concervatrice de musée. 
Ce roman connaît un grand succès auprès du public japonais : 100.000 exemplaires vendus à ce jour. Il a obtenu le Prix Yamamoto Shugoro.

1.    Résumé de l'histoire:
En 2000, à Kurashiki, ville tranquille de l'Ouest du Japon, Orié Hayakawa, mère célibataire d'une adolescente, travaille comme surveillante d'exposition au musée Ohara, un des plus prestigieux musées du Japon.

Un jour, Orié et le chef des conservateurs se voient confier une tâche secrète : négocier avec Tim Brown, conservateur en chef du musée d'Art Moderne de New York pour obtenir du musée américain le prêt d'un chef-d'oeuvre de Henri Rousseau, "Le Rêve".

Mais pourquoi donc confier une mission si importante à une simple surveillante ? Parce que Tim Brown lui-même a demandé qu'Orié soit son interlocutrice pour cette négociation.

Orié se rappelle ses années de jeunesse vécues en Europe.

En 1983, à Bâle, Tim Brown, jeune assistant conservateur du musée d'Art Moderne de New-York et Orié Hayakawa, jeune chercheuse sur Rousseau sont tous les deux convoqués chez Konrad Beyeler, millionaire possédant une importante collection d'œuvres d'art moderne. La mission qui leur est confiée est de juger si un trésor caché de cette collection et que le vieux collectionneur conserve avec une affection toute particulière est vrai ou faux. Il s'agit d'une toile de Henri Rousseau. Or, Andrew Keates, fameux conservateur de la galerie Tate de Londres et expert, l'a déjà certifiée une fois...

Si l'un des deux jeunes chercheurs réussit à convaincre le propriétaire quant à l'authentification de l'œuvre, Beyeler lui donnera tout droit sur l'utilisation du tableau. Il s'agit d'une grande toile intitulée "J'ai rêvé", très ressemblante au "Rêve" de Henri Rousseau qu'abrite le musée new-yorkais. Pour aider les deux jeunes chercheurs, Beyeler leur donne aussi un livre intitulé "J'ai rêvé", récit ou journal intime, composé de sept chapitres. L'enquête doit être menée en une semaine. Tim et Orié commencent à lire ce récit tour à tour et à vivre eux aussi dans son univers qui se déroule à Paris dans les années 1906-1909, autour de personnages tels que Henri Rousseau, sa muse, qui a posé pour la toile en question, Pablo Picasso et Joseph, le mari de la modèle. S'agit-il d'une fiction ou d'un témoignage ? Qui a écrit ce récit ? L'énigme reste sans réponse...

Au cours de l'enquête, Juliette Leroux, une jeune femme membre de la police internationale, chargée des affaires liées aux œuvres d'art, contacte Tim pour lui demander de "gagner le concours" face à Orié afin de sauver le chef-d'oeuvre car cette toile est peut-être en réalité une toile de Picasso ET Rousseau. Picasso a sans doute donné son oeuvre "La mère et l'enfant au bleu" pour que son ami Rousseau, qui manquait alors d'argent puisse acheter des toiles pour peindre...

Orié, la concurrente de Tim, est la maîtresse d'Andrew Keates mais Tim tombe amoureux de la jeune Japonaise. Il est déchiré entre l'amour pour sa rivale et sa noble vocation de sauver le chef-d'œuvre de Rousseau des mains de marchands sans scrupules. D'autant que pour Tim, ce sont les toiles de Rousseau qui sont à l'origine de sa passion pour l'art.

Le septième jour, après quelques péripéties, Orié et Tim déclarent l'oeuvre authentique. Konrad Beyeler tranche en attribuant la victoire à Tim et tout droit sur l'oeuvre.

Tim cède alors ses droits à Juliette Leroux, petite-fille de la muse de Roussseau.

Et puis le roman se termine sur un dernier coup de théâtre lié à l'identité de Konrad Beyeler lui-même...

L'Auteur:

Maha Harada, née en 1963 à Tokyo a grandi à Okayama. Après une licence de littérature japonaise, elle étudie l'histoire de l'art à l'univiersité de Waseda à Tokyo. Conservatrice au Musée Mori (Tokyo) elle est détachée quelque temps au Musée d'Art Moderne de New York. A son retour à Tokyo, elle commence à écrire des articles sur l'art. En 2005, son premier roman se vend à plus de 350.000 exemplaires et reçoit le premier Grand Prix du Roman d'amour. Ce roman est aussi adapté au cinéma.

Contact:  BUREAU DES COPYRIGHTS FRANÇAIS
Bunkyo-ku, Hongo 3-26-4-903, Tokyo 113-0033, Japon
Tel: (81-3) 5840-8871, Fax: (81-3) 5840-8872
E: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.